Brexit : les intérêts des peuples doivent être défendus (PCF)

Les députés britanniques ont massivement rejeté les conditions de l’accord de divorce avec l’Union européenne conclu par Theresa May.

La démagogie, alliée aux basses manœuvres parlementaires en tous genres, du gouvernement conservateur de Theresa May, entraîne le Royaume-Uni dans le chaos politique et ouvre la porte à de nouvelles régressions pour les peuples britannique et européens. May est responsable de la défaite historique qu’elle a essuyée hier à la Chambre des communes. Elle n’a visiblement plus de légitimité pour négocier un accord de sortie de l’UE.

Le PCF dénonce la surenchère droitière mise en œuvre par les conservateurs britanniques sur les droits des salariés, les services publics et l’immigration et le chantage à un Brexit dur sans accord.

Face à la perspective désastreuse du scénario du « no deal », un accord toujours possible sur le Brexit et les mesures qui l’accompagnent doivent assurer les droits sociaux du peuple britannique, des Européens installés au Royaume-Uni et des Britanniques installés en Europe, protéger les emplois et le niveau de vie, alors que la pauvreté explose au Royaume-Uni, défendre les règles environnementales et la protection des consommateurs. Le Brexit ne doit pas être utilisé comme prétexte pour de nouvelles régressions sociales et de nouvelles atteintes aux droits.

Le PCF réaffirme en outre que les dispositions de l’Accord du Vendredi-Saint doivent être respectées intégralement et sans condition afin d’assurer les droits du peuple irlandais. A défaut, face au risque d’un Brexit sans accord, l’option d’un scrutin sur l’unité de l’Irlande serait posée.

Enfin, il est de la responsabilité du gouvernement français et de l’UE qu’ils permettent que les conditions d’un accord de retrait du Royaume-Uni soient réellement examinées en tenant compte des décisions prises au Royaume-Uni par les représentants des peuples concernés et qu’ils prennent enfin toutes les mesures nécessaires pour protéger les emplois et les secteurs économiques menacés par le Brexit, comme c’est le cas par exemple dans le secteur de la pêche. Les corridors maritimes avec l’Irlande doivent intégrer les ports français. 

Le Brexit et le chaos qu’il provoque soulignent l’impérieuse nécessité de faire émerger une autre logique pour l’Europe. Elle ne doit plus être un drapeau pour une fuite en avant néolibérale au service de la finance, mais au contraire un outil pour aligner vers le haut les conquêtes sociales et démocratiques qui respecte la souveraineté des peuples.

janvier 16, 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *