Le PCF au côté des enseignant-e-s, des personnels et des parents.

Le PCF sera aujourd’hui aux côtés des enseignant.e.s, des personnels et des parents mobilisés contre la loi Blanquer. Ensemble, construisons l’école de l’égalité !

École de la confiance ? École du mépris ! Blanquer a construit sa réforme sans aucune concertation et maintenant il veut sanctionner les enseignant•e•s qui critiqueraient sa politique. Ce n’est pas de la confiance, c’est de la soumission !

Pour former des citoyens éclairés, l’éducation n’a pas besoin d’exécutants soumis, mais d’enseignant•e•s qui maîtrisent leur métier. Il faut garantir leur indépendance. C’est à ça que sert le statut de la fonction publique, tel qu’il a été mis en place par Anicet Le Pors, ministre communiste, en 1983. Alors que partout l’autoritarisme monte, il est plus que jamais à défendre.

La réforme de la formation des enseignant•e•s place l’entrée dans le métier sous le signe de la précarité : allongement des études avant le concours, accumulation des stages… Au contraire, les enseignant•e•s ont besoin de temps pour échanger, réfléchir sur leurs pratiques et les faire évoluer. Pour répondre à la crise du métier, il est urgent de mettre en place un pré-recrutement sous statut de la fonction publique.

Moins de précaires, plus de fonctionnaires. Profs épuisés, absences non remplacées classes surchargées, manque d’infirmier•e•s ou de médecins… C’est déjà la pénurie, et le gouvernement veut encore supprimer des fonctionnaires ? À la place, il veut mettre devant nos enfants des personnels moins formés : les surveillant•e•s, les stagiaires, les contractuel•le•s… Au contraire, il est urgent de créer des postes dans l’éducation nationale, de revaloriser les salaires, et de reconstruire partout des équipes pluri-professionnelles capables de prendre en charge toutes les difficultés, pour faire réussir tous les élèves.

Dans nos quartiers, dans nos villages, nous voulons l’école de l’égalité. La loi Blanquer ouvre la possibilité de regrouper écoles et collèges, pour supprimer encore des personnels. En 2019, en France, on fermerait des écoles ? C’est absurde ! Sur tout le territoire, les enfants doivent être traités à égalité : c’est la mission du service public.

La casse du service public, tout le monde y perd ! Dégradation du service publics et cadeaux à l’enseignement privé : sous couvert de rendre la scolarité obligatoire dès 3 ans, Blanquer force les collectivités locales à financer les maternelles privées. Bientôt, on les verra pulluler… Et avec elles, la sélection et le tri social. Plus d’angoisses pour les familles, une société plus divisée… Les seuls gagnants, ce seront les marchands d’éducation.

Avec Ian Brossat, développer les services publics en Europe. L’argent existe ! Depuis des années, la BCE dépense des milliards pour renflouer les banques sans contrepartie ni garantie. Plutôt que d’injecter ces sommes dans la finance, rendons l’argent utile : dépensons pour développer les services publics, partout en Europe.

avril 4, 2019

Étiquettes :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *