Bilan des 4es États généraux de la Révolution numérique

Cette quatrième édition des EGRN était centrée sur l’Europe comme espace pertinent pour construire un modèle alternatif à l’internet des GAFAM et pour se donner les moyens de lutter contre leur domination. En effet, si rien n’est fait, si nous n’agissons pas politiquement, le risque est fort que l’Europe soit réduite au rang d’une colonie numérique des grandes plateformes à base états-unienne. Cette colonisation touche déjà même certaines compétences régaliennes de nos États, en particulier dans le domaine des libertés publiques, de la sécurité, de la culture et de l’éducation nationale.

Les questions de la plateformisation capitaliste des entreprises, des services publics et des États ont été au cœur des différents débats, avec à la fois l’alternative que représente le coopérativisme de plateforme mais aussi les enjeux décisifs de la protection et des droits des travailleurs, des libertés, de la fiscalité, du rapport réseaux, médias sociaux et mouvement social. La nécessité d’une stratégie européenne du numérique, en particulier dans les domaines de l’industrie, de l’intelligence artificielle, des méga-données, de la sécurité face aux États-Unis a été portée dans nombre d’ateliers. La question de la soutenabilité écologique du développement de la révolution numérique dans le cadre du mode de production capitaliste a aussi fait l’objet de précieuses réflexions.

L’objectif politique était de réunir sur une journée et demie des acteurs et actrices du numérique, des syndicalistes, des chercheurs·euses, des créatrices et créateurs, des hackers, des activistes du digital, des militant·e·s et parlementaires du Parti, des candidat·e·s sur notre liste aux européennes afin, dans la transversalité, de débattre, de construire ensemble et de donner à voir des propositions des communistes pour une Europe du numérique au service de l’humain et non du capital. Il s’agissait aussi, comme les autres années, de développer une pensée politique critique de la Révolution numérique. L’objectif est qu’en sortant des 4es EGRN nous ayons des personnes qui se fassent les ambassadeurs de nos propositions à partir de notre vision d’une Europe du numérique.

Treize ateliers d’une durée de chacun deux heures de débats ont permis de traiter et de tester la pertinence de nos analyses et de nos propositions. Le panel d’intervenants de chaque atelier se composait au moins d’un·e dirigeant·e du PCF ou candidat·e aux européennes, d’une personne du mouvement social (syndicaliste, activiste, lanceur d’alertes, associatif…) et d’un·e expert·e.

En conclusion, la vision des enjeux du digital en Europe et les propositions du PCF sur le numérique pour les européennes ont été présentées.

Avec cette 4 e édition, nous pérennisons ce rendez-vous et nous sommes reconnus comme le seul parti politique en tant que tel à développer une réflexion constante sur la Révolution numérique et informationnelle.

Nombre des têtes de réseaux qui comptent en France sur le numérique étaient là : Véronique Bonnet, coprésidente de l’APRIL, Hélène Testud du Centre d’étude sur la citoyenneté, l’informatisation et les libertésLionel Maurel de la Quadrature du Net, Danièle Bourcier, présidente de Licence creative commons France, Michel Bauwens, président de la Fondation pair à pair(P2P), Magali Hiéron-Ekuka et Jean-Luc Molins de UGICT-CGT, l’équipe de Coopcycle, Qwant, Oxfam, Benoît Thieulin du CESE, et Jean-Louis Dessalles, l’un des fondateurs de la théorie de la simplicité en intelligence artificielle, Ivan Lavallée de Progressistes… Ainsi que de nombreux jeunes chercheurs et doctorants très motivé·e·s comme Romain Badouard, Barbara Gomes, Laura Aufrère, Sébastien Broca, Yann Rischette… Aux dires des participants, les débats ont été de très grande qualité et ont ouvert des perspectives de travail et d’action. Les propositions du Parti sur le numérique pour les européennes ont été bien accueillies.

Rendez-vous début décembre 2019 pour la 5e édition des EGRN sur la thématique de la Révolution numérique et des communes en perspective des élections.

Yann Le Pollotec, membre du CN, responsable national de la commission Révolution numérique.

avril 10, 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *