Fusion Renault/Fiat : La course au gigantisme contre l’intérêt général (Fabien Roussel)

Un projet de fusion Renault/Fiat est en discussion depuis ce weekend, dans le secret, sans même en avoir informé les représentants syndicaux de Renault. C’est inacceptable !

A l’inverse de « l’airbus de l’Auto » annoncé, c’est bien d’une prise de contrôle des capitaux italiens dont il s’agit puisque la famille Agnelli et son holding Exor (propriétaires de Fiat « FCA ») deviendrait le premier actionnaire loin devant l’Etat français qui perdrait ainsi sa minorité de blocage. Pire, FCA devrait verser un dividende exceptionnel à ses actionnaires avant la réalisation de l’opération.
Où est l’intérêt des travailleurs français dans ce projet où l’intérêt premier de FIAT est visiblement de pénétrer le marché asiatique ? Les années Ghosn ont déjà constitué un recul pour l’emploi en France avec seulement 19% de la production européenne des véhicules particuliers de Renault désormais effectuée sur le territoire national, contre 53% auparavant.
Cette course au gigantisme va à l’encontre des enjeux de notre siècle, à l’encontre de l’emploi, à l’encontre de l’intérêt général.
L’Etat actionnaire doit revoir sa copie et tout mettre en œuvre pour permettre l’échec de ce projet.
Renault doit retrouver sa vocation initiale : le véhicule populaire et le retour à l’investissement pour bénéficier à l’emploi, à la recherche et aux enjeux de la transition écologique.

Fabien Roussel, secrétaire national du PCF

mai 28, 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *