Hommage à Daniel Davisse, appel à poursuivre ses combats

Journal du confinement #6

Par Hélène Luc, sénatrice honoraire, conseillère générale honoraire

Hier à 16 heures ont eu lieu les obsèques de Daniel Davisse, décédé du conoravirus. La totalité de sa famille, ses ami·e·s, ne pourront pas l’accompagner au cimetière de Choisy-le-Roi.

Son enfance lui a été volée par les Allemands qui l’ont rendu orphelin de ses parents, morts en camp de concentration. L’épidémie lui vole le droit d’être entouré de ses ami·e·s le jour de ses obsèques.

Il reposera au cimetière de Choisy-le-Roi, non loin de la tombe où étaient déposées les cendres de Rouget de Lisle, maintenant aux Invalides. Il reposera tout à côté de son ami Louis Luc, notre ancien maire à qui il a succédé après son décès brutal en vacances en Corse le 12 Juillet 1996, non loin non plus de Roger Chavanel et Pierre Brondel.

À vous toutes et tous, sa famille à qui je pense en ce moment, à toi Annick, à vous Françoise et Yves ses enfants, à vous ses petits-enfants et arrières-petits-enfants, je mesure l’immense chagrin qui vous envahit à l’heure qu’il est.

Je n’ai pas l’autorisation d’assister aux obsèques de Daniel, mais j’y suis par la pensée avec vous, avec Nadine ma fille, avec d’innombrables Choisyennes et Choisyens qui se sentent frustré·e·s. Nous lui rendrons l’hommage qu’il mérite quand nous aurons vaincu ce virus.

Ces évènements tragiques nous font réfléchir sur ce que devrait être la vie, c’est-à-dire tout pour le bien de l’humain ! Plus que jamais, nous travaillerons pour obliger ceux qui ne pensent qu’à l’argent à investir dans des industries vertes, pour créer des emplois, pour une agriculture saine en symbiose avec la nature, pour développer le numérique pour ce qu’il a de bien comme progrès pour la science, mais sans supplanter les rapports humains irremplaçables, pour redoubler d’efforts pour respecter nos engagements climatiques.

C’est ce que nous invitent à faire dans Le Parisien du 5 avril Jean Jouzel, climatologue, et Axel Kahn, généticien, tandis que Thierry Breton, commissaire européen nous implore déjà de ne pas remettre en cause nos accord de libre-échange. Selon lui c’est grâce à ceux-ci que nous surmonterions la crise pour retrouver la croissance ! Pour affronter la crise, il faudrait encore plus de libéralisme ?

Bien au contraire, nous aurons besoin de nous rassembler en France, dans le monde et à Choisy-le-Roi, avec notre maire pour notre ville, avec toutes celles et ceux qui rêvent d’une vie plus belle, pour apporter notre modeste contribution au monde que nous voulons pour nos enfants.

avril 9, 2020

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *