Soutien à la mobilisation nationale des étudiant·es en soins infirmiers – Contre l’asphyxie financière de étudiant·es, les Régions doivent agir !

Depuis plusieurs mois partout en France, les étudiant·es en soin infirmiers (ESI) sont mobilisés pour que les frais complémentaires à leur formation soient enfin pris en charge par les Régions, institutions dont ils dépendent directement.

Hier, les étudiant·es franciliens étaient présents devant le siège de la Région à Saint-Ouen pour que Valérie Pécresse entendent leurs revendications.

Car la liste des frais est longue : achat et entretien des tenues de stage ; achat du matériel lié à l’apprentissage (livres, ciseaux, pinces Kocher…) ; paiement des consultations médicales obligatoires nécessaires à l’entrée en formation… ces frais peuvent monter à près de 350€ par an auxquels s’ajoute les frais d’inscription (600€/an).

Sans oublier les bourses spécifiques aux IFSI qui sont versées, par la Région, de manière tardive et irrégulière sans qu’elles ne soient jamais augmentées à l’instar de celles de l’enseignement supérieur (+1,3% cette année) ;

S’ajoute à ces revendications financières, une volonté d’accéder à des droits aussi essentiels que la prise en charge par les Régions de la carte étudiante qui permet l’accès aux restaurants et aux bibliothèques universitaires ou encore à l’ENT, l’accès à la médecine préventive…

Dans un contexte où le logement, le transport et l’alimentation requiert un budget important, ces frais supplémentaires et le versement tardif ainsi que la non-valorisation des bourses représentent un frein aux études qui reste loin d’être anodin.

Pour Jean-Michel RUIZ, conseiller régional (95), « la Région Île-de-France doit agir vite. Elle doit garantir la qualité et le principe de service des formations des IFSI en proposant un plan d’urgence : les ESI doivent pouvoir commencer leur formation sans avoir à engager des frais aussi exorbitants ; les bourses doivent être valorisées au même titre que celles des étudiants de l’enseignement supérieur. »

Pour les élu·es du groupe Front de gauche, ces frais sont illégitimes et participent à l’accentuation des discriminations des ESI par rapport aux étudiants des autres filières.

Nous apportons notre soutien au mouvement #PayeTonIFSI et ne manquerons pas de rappeler ses obligations à la Région dès la prochaine Commission permanente.

Paris, le 25 septembre 2019

septembre 25, 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *