Face au Covid-19 : agir pour une région solidaire

Paris, le 3 avril 2020

En réponse à la crise sanitaire et économique liée à la pandémie de COVID-19, la Région Ile-de-France a adopté, ce vendredi 3 avril, un ensemble de mesures d’urgence, dans le but de contribuer à la lutte contre l’épidémie, de soutenir les professionnels de santé engagés dans cette lutte, et les acteurs de la vie économique. Face à la gravité de cette crise, les élu·e·s du groupe Front de gauche ont voté en faveur de ces mesures, tout en formulant un certain nombre de propositions destinées à les renforcer, dans un objectif de solidarité accrue.
 
Pour les élu·e·s Front de Gauche, la Région Ile-de-France doit, face à une telle crise, agir pour protéger les Francilien.ne.s. Elle doit être aux côtés de celles et ceux qui assurent les services essentiels de notre pays, contribuer à leur sécurité, sécuriser également l’emploi et mobiliser des fonds d’urgence conséquents. La pandémie de COVID-19 met en lumière de manière crue les inégalités sociales, les impasses du néolibéralisme, les errements des choix politiques faits depuis longtemps, qui ont mené à l’affaiblissement de notre système de santé, de la protection sociale, de tout ce qui constituait l’État-providence. S’il faut répondre à l’urgence sanitaire, il faut également poser des jalons pour rompre avec ce qui se faisait avant. C’est avec ce double objectif que le groupe Front de Gauche soutient les actions de la Région Ile-de-France, tout en proposant de les amplifier.
 
En matière d’aide aux professionnels de santé, nous avons demandé qu’un bilan précis des demandes et des bénéfices du fonds d’équipement d’urgence soit réalisé, ceci afin d’assurer la transparence, encore plus indispensable en période de crise sanitaire. Cela permettrait également de réajuster l’enveloppe budgétaire de ce fonds, pour répondre à l’ensemble des besoins des professionnel·le·s de la santé de toute la Région.
 
En matière d’aide économique, les mesures destinées à soutenir les PME-PMI et ETI, ainsi que leurs salariés, sont aujourd’hui indispensables. Ceci d’autant plus que nombre d’entre-elles proposent actuellement des projets innovants pour contribuer à lutter contre l’épidémie. C’est le cas aussi des entreprises de l’Économie sociale et solidaire, que nous avons souhaité inclure dans les aides régionales. Nous avons toutefois demandé que ces aides soient attribuées dans la plus grande transparence, et que des bilans soient rendus publics régulièrement. Nous avons également demandé à exclure de ces aides toute entreprise prévoyant le versement de dividendes à ses actionnaires, ceci étant contraire à l’effort de solidarité attendu de toutes et tous.
 
Nous avons enfin demandé que l’indispensable soutien proposé en faveur des organismes du secteur de la culture soit généralisé à l’ensemble du tissu associatif des secteurs suivants : environnement ; agriculture ; action sociale, humanitaire et santé ; sport ; vie associative ; citoyenneté ; éducation artistique et culturelle. Alors que nombre de ces associations ont dû modifier et/ou amplifier leurs missions pour répondre à l’urgence sanitaire, et que d’autres sont à l’arrêt faute de publics (lycées, activités sportives…), il est en effet urgent que la Région leur vienne en aide.

avril 3, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *