BTP : « Ne surtout pas mettre en danger la santé de millions de salariés »

La Ministre du Travail avait osé traiter de « défaitistes » les représentants des professions du BTP qui s’opposaient à la reprise des chantiers pour protéger la santé de leurs 2 millions de salariés, avec un chantage sous-jacent au chômage partiel.

Le 3 avril, vient d’être édité un « guide de préconisations de sécurité sanitaire pour la continuité des activités de la construction ».
La plupart des organisations syndicales ont dénoncé à juste titre ce document, et refusent la reprise du travail dans le BTP, en dehors des chantiers urgents et indispensables pour la sécurité.

Elles ont raison. L’objectif de ce guide n’est que de protéger juridiquement les employeurs. Le gouvernement veut faire reprendre à marche forcée le plus grand nombre possible de chantiers du BTP, au mépris de la santé de ses 2 millions de salariés et d’un confinement strict pour un maximum de nos concitoyens.
C’est irresponsable en matière de santé publique.

Comment imaginer en effet que les salariés puissent respecter strictement la distance minimale d’un mètre ? Comment imaginer qu’ils puissent disposer de tous de masques chirurgicaux pour les protéger alors que le manque est déjà criant pour toutes les activités indispensables ? Comment imaginer qu’ils ne prennent pas de risques de contamination en se rendant au travail ?

Le gouvernement veut réaliser des économies sur les montants de chômage partiel à accorder, en prenant des risques avec la santé des salariés, et avec la santé publique de toute la population. Le PCF dénonce ce choix irresponsable et appelle le gouvernement à proposer le chômage partiel aux entreprises du bâtiment.

Il faudra, une fois l’épidémie passée, engager un plan de relance massif pour le BTP, d’au moins 40 milliards d’euros, en priorisant tous les investissements utiles pour la transition énergétique. Il faudra également engager un plan massif pour la relance de la construction de logements sociaux et privés, pour la rénovation énergétique des bâtiments publics et des logements, pour la relance des investissements dans les infrastructures de transports ferrées, de transports publics et pour les aménagements cyclables.
Ce plan de relance sera indispensable pour garantir l’emploi des millions de salariés du BTP et pour engager de façon déterminée la lutte pour le climat.
Il faut attendre pour cela que la sécurité sanitaire soit assurée.

avril 5, 2020

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *