Les salariés de la grande distribution en première ligne

Journal du confinement #1

Par Céline Meslem*

La situation est très difficile dans la grande distribution en ces temps de pandémie de Covid-19.Les salarié·e·s sont en première ligne dans le cadre de leur travail. La fréquentation des magasins est très forte, rarement dans le respect des consignes de confinement. Beaucoup de client·e·s viennent en famille, chaque jour, acheter une baguette de pain, un pack de bière, un bouquet de fleurs. On est assez loin des achats de première nécessité…Ils et elles sont d’autant plus exposé·e·s que les employeurs ont été longs à mettre en place les mesures de prévention, perdant ainsi deux semaines sur la livraison de masques, de gel hydro-alcoolique ou de gants, obligeant les salarié·e·s à se contenter d’un seul masque pour deux semaines, souvent.Aujourd’hui des barrières de plexiglas ont été installées dans la plupart des supermarchés, mais l’attribution des autres outils de protection est très différente d’un magasin à un autre, toutes enseignes confondues. Tout le monde n’est donc pas protégé de la même manière.Le secteur du commerce et des services compte chaque jour plus de suspicions et de cas avérés de coronavirus. Nous déplorons déjà cinq décès à ce jour.En ma qualité de représentante du personnel, j’ai affaire chaque jour à des collègues fatigué·e·s, tant en magasin qu’en entrepôt, par les heures et la charge de travail. Cela est du aux 40% d’arrêts maladie recensés en moyenne sur les enseignes, mais aussi à la volonté des employeurs de garder les rayons non alimentaires approvisionnés et accessibles.Les collègues sont fatigués, mais ont surtout peur d’attraper ce virus, de le ramener chez eux et de le transmettre à leurs conjoints, leurs enfants, peur de mourir parce que certains clients ne respectent pas les règles… Ces « héros de la nation » estiment la valeur de leur vie à bien plus qu’une prime de 1 000 €.Nous, salarié·e·s de la grande distribution, demandons la fermeture des rayons non-alimentaires, des restrictions des horaires d’ouverture des magasins et la fermeture des supermarchés le dimanche. Nous demandons à nos client·e·s de penser à nous et de nous protéger en restant chez eux.
*Communiste choisyenne, Céline est depuis plusieurs années salariée d’une enseigne de la grande distribution. En tant que représentante syndicale, elle y porte la voix de ses collègues.

avril 6, 2020

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *